Lise Couzinier

artiste scenographe – photographe

Théâtre des paroles (2005)

theatreparoles©LiseCouzinier

theatreparoles©LiseCouzinier

Scénographie

Adaptation du « Drame dans la langue française » de Valère Novarina © P.O.L 1989

Un décor où les acteurs sont sur un ring aux allures d’arènes et de labyrinthe. Le spectateur assiste à la fois à la scène et aux coulisses. Les acteurs disparaissent avant d’apparaître derrière de grands panneaux noirs. Ici, pas de logique ce qui doit être vu est caché et ce qui doit être caché est sur le devant de la scène ! Tel un corps en combat, la parole surgit, accélère ou ralentit, en déséquilibre, tourne en volutes ; elle chute, se morcelle, s’élève, se tord, varie, devient autre par le mouvement de la respiration, dans la chair de l’acteur, espace creusé en plusieurs sens par la langue. Il s’ouvre des souterrains, des tunnels, des passages non-vus, des raccourcis oubliés afin de donner à voir la langue…

Theatre of Lyrics (2005)

The actors are on a ring which has more the appearance of arenas and labyrinth. The spectator sees both at once the stage and the backstage. Actors disappear before appearing behind large black panels. Here, there’s no logic, what needs to be seen is hidden and what should be hidden is on the front of the stage! Just like a body in a fight, speech arises, accelerates or slows down, unbalanced, turns in volutes; it falls, breaks up, rises, twists, varies, becomes another by the movement of the breath, in the flesh of the actor, a gap dug in several directions by the tongue. It opens undergrounds, tunnels, unseen passages, forgotten shortcuts to give to see the tongue…

Translation © by Nathalie Letullier, http://www.oui-dizajn.si.

theatreparoles©LiseCouzinier

« Faire des paroles de théâtre c’est préparer la piste où ça va danser, mettre les obstacles, les haies sur la cendrée, en sachant bien qu’il n’y a que les danseurs, les sauteurs, les acteurs qui sont beaux… Hé les acteurs, les actoresses, ça brame, ça appelle, ça désire vos corps ! C’est rien d’autre que le désir du corps de l’acteur qui pousse à écrire pour le théâtre. Est-ce qu’on l’entend ? Ce que j’attendais, ce qui me poussait ? Que l’acteur vienne remplir mon texte troué, danser dedans. » Valère Novarina / In Lettre aux acteurs © P.O.L Editeur, 1989. Production Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence.

Adaptation et mise en scène Alain SIMON
Assisté de Bernard COHEN
Plasticienne scénographie
Lise COUZINIER
Décor Jacques BROSSIER
Lumières Syméon FIEULAINE
avec
Marcelle BASSO, Alice CHENU,
Christel FABRE, Frédéric MARTIN
et Alain SIMON

Production Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le novembre 22, 2013 par dans SCENOGRAPHIES, et est taguée , , , .
Copyright Lise Couzinier

Visites

  • 21,437 visites
%d blogueurs aiment cette page :